Monday, September 25, 2006

Merci

Non, franchement, merci. Vous m’avez flingué le moral là. Je pensais pouvoir me raccrocher au titre de mon post précédent mais il n’en est rien. Je suis définitivement anormale et là je ne crois plus simplement, j’en suis sûre.

Non, parce que l’histoire des bouchons, c’est du vrai de vrai, de l’authentique. Je peux même vous en raconter la genèse: j’avais 9 ans, je me faisais gravement suer à une fête de famille de vieux, et je les ai vus traîner sur la table - les bouchons, pas les vieux. Ils étaient rigolos ces bouchons, avec leurs bouts de ferraille qu’on aurait dit un chapeau et pis si je tourne comme ci et comme ça je peux les accrocher l’un à l’autre. Dis maman, t’aurais pas un stylo? Que je leur rajoute un visage. Vooooooiiiiiiilà, parfait, il ne leur manque plus que la parole, en attendant je vais leur donner des prénoms.

Pif et Paf.

Oui parfaitement, mes compagnons de jeux s’appelaient Pif et Paf.

C’est très pratique de se créer ses copains lorsque la vie ne nous convient pas. J’étais hyper mal dans ma peau, hyper solitaire parce qu’incapable d’avoir une vie sociale normale - il faut dire qu’avec des parents qui interféraient dans toutes mes histoires de gosse….. -bref, Pif et Paf étaient paaaaaaaaar-faits.

Avec le recul, je réalise à quel point je devais donner l’impression d’avoir quelques cases en moins aux adultes qui m’entouraient de près ou de loin. Parce que réellement, je me suis mise à les traîner partout, à leur parler exclusivement, à jouer avec eux essentiellement. Franchement, je me serais vue à l’époque avec mes yeux d’aujourd’hui, je me serais inquiétée.

J’adorais bricoler. Je n’étais sans doute pas très douée, je n’avais pas beaucoup de goût et je manquais de matériel, mais je bricolais quand même. J’ai fabriqué une maison pour Pif et Paf. Ils méritaient bien ça! Tant que j’y étais je leur ai fabriqué une famille aussi, je suis devenue une chasseuse de bouchons invétérée, sans cesse à l’affût. Tous mes bouchons avaient un nom et un lien de parenté avec Pif et Paf. Du coup, il a fallu que je m’occupe des travaux d’agrandissement. J’ai fabriqué d’autres maisons pour loger la grande famille. J‘ai passé des milliers d‘heures à ces maisons, ériger les murs tout ça, quel boulot! Et il y avait les meubles aussi….. Je suis devenue une vraie récup‘girl. Et je ne pouvais décemment pas laisser nus Pif, Paf et family: ils avaient des tenues d’été -tissus -et d’autres d’hiver: coton - Pif en porte un sur la photo.

Mais l’enfance a une fin, parfois brutale.

La mienne, de fin d’enfance, a eu lieu un jour de l’été 1988, l‘été de mes 12 ans.

Ma mère était enceinte et il fallait réaménager la maison pour accueillir le p’tit dernier. Mon frère aîné et moi fûmes envoyés en camp éclaireur, et j’ai trouvé préférable de ne pas emmener Pif et Paf -peur de les perdre, ils étaient plus en sécurité dans ma maison.

Des amis étaient venus aider mes parents, d’ailleurs ils ont presque tout fait puisque ma mère avait l’interdiction médicale de bouger et mon père travaillait. Ma mère, du fond de son lit, a cru remarquer que le réaménagement se faisait par le vide. Sachant la valeur qu‘elles avaient à mes yeux, mes idioties, elle les a planquées dans des sacs.

Des sacs poubelle.

Elle n’a pas eu le temps de dire ouf qu’ils étaient tous à la benne.

Je sais….. Vous ne respirez plus là….. Vous êtes suspendus à mes mots…. Oh non? Pas tous ses bricolages quand même? Allez Lili, dis-nous que Zorro est arrivé et a tout sauvé?

Hé bien non….. Pas de Zorro, pas de sauvetage in-extrémis.

J’ai découvert le carnage en rentrant du camp. J’ai pleuré des litres de larmes mais ça n’a rien changé. Tout avait disparu, tout. Mes boîtes à trésor - et leurs trésors-, mon cheval chaussette, la famille bouchon, les maisons, les meubles.

De tout le monde magique de mon enfance ne restaient plus que mes fidèles compagnons, Pif et Paf, miraculeusement épargnés. S’ils avaient été assassinés eux aussi, je n’aurais pas survécu. La vie sans eux était insupportable, inenvisageable. Ils étaient une partie de moi.

C’est peut-être encore le cas aujourd’hui….. Ce qui explique que je ne puisse m’en défaire depuis 21 ans. Je passe des mois sans penser à eux, mais lorsqu’une idée me ramène à eux, je sais qu’ils sont là, pas loin, et je me sens rassurée, pleine de gratitude, je ne sais même pas pourquoi.

Bon, je dois vous laisser, c’est l’heure de mes petites pilules roses. L’homme à la blouse blanche me dit que je dois les prendre, sinon il va devoir me passer à nouveau la chemise à bras unique et j’aime pas ça.

Parce que ça m’empêche d’utiliser le clavier du PC.

8 Comments:

Anonymous frankie said...

Moi je les trouve trop mignons Pif et Hercule ... on dirait des playmobils ... c'est un pote à toi le gars avec la blouse blanche qui me regarde bizarrement ;)

12:41 PM  
Anonymous michel said...

je l'savais, je l'savais que sous les bouchons il y avait une sacré histoire.
tu peux les balancer par la fenêtre tes pilules .

1:49 PM  
Blogger Moukmouk said...

Bin non ma chouette, tu n'es pas folle, c'est qu'il y a beaucoup trop de gens qui ont oublié que jadis, ils étaient des enfants.

2:26 PM  
Anonymous Soeur Anne said...

Pif et Paf étaient tes amis imaginaires, pas tout à fait imaginaires...

Il y a toujours des gens, qui viennent massacrer le jardin secret des autres ...

1:21 AM  
Blogger FD said...

Rhôôôô, comme c'est mimi ton histoire, ça m'a tiré les larmes des yeux ce génocide de tes fétiches ! je fais bien de ne rien trier dans les chambres de mes fils et de leurs laisser tous leurs bouts de Playmo morts ! Tu veux qu'on te garde tous nos bouchons, comme ça peut être que tu pourras recontituer rapidement la famille de Pif et Tondu. Si on peut t'aider...

5:44 AM  
Blogger tanette said...

Joli souvenir d'enfance, comme quoi pas besoin de jouets sophistiqués.

10:40 AM  
Blogger Liliduciel said...

frankie, oui, il est pas sympa t'as vu hein

michel, c'est fait depuis longtemps

moukmouk, c'est vrai :-(

soeur anne, la copine de ma mère était fière d'avoir obtenu "une vraie chambre de poupée, magnifique, rien de trop rien qui dépasse".... pendant une heure, parce qu'ensuite ma petite soeur est revenu mettre de l'ordre (le sien ;-)).... Mais pour moi c'était fini, ça a été une réelle rupture :-(

fd, oui tu fais bien ;-) C'est gentil pour les bouchons mais je ne suis pas sûre de trouver la place pour les loger..... à moins que je ne donne le virus à mes enfants!

tanette, merci, et c'est vrai, je me suis mille fois plus amusée avec Pif et Paf qu'avec mes poupées mannequin!

12:05 PM  
Anonymous avanaé said...

Pif et Paf , ont l'air bien sympas . Et c'est affreux que l'on t'ait jeté sans rien te demander , tout le petit monde qui allait avec. Tu n'as pas besoin de pilules roses , ou d'infirmier psy , inventes-toi plutôt un gentil amoureux ! ;-)

4:14 AM  

Post a Comment

<< Home